Mark of the Mole – The Residents

Par une sombre nuit, une musique à ne pas écouter seul.

The Residents

The Residents. Comment parler de ce groupe qui depuis plus de 30 ans entretien le mystère. Qui sont-ils ? Combien sont-ils ? Ils avancent masqués (et certains en font un argument marketing, suivez mon regard), The Residents est sans doute un des groupes les plus secrets et méconnus du Rock contemporain. Formé en 1970, même si déjà en 1966, ils auraient commencé à faire du bruit, depuis plus de 35 ans, The Residents se sont attelés à brouiller les pistes au fil d’albums qu’on ne compte plus, de projets expérimentaux, tant visuels que musicaux, de performances filmées et de collaborations diverses. Un univers unique.

 

Mark Of The Mole (1981)

Attention chef-d’œuvre. Et ce n’est pas une exagération. En revanche, autant vous prévenir d’emblée, ce disque ne se laisse pas apprivoiser à la première écoute. Il faut encore et encore se laisser imprégner avant de se laisser gagner.

Un album concept : l’histoire d’un peuple travailleur, les moles, qui vit sous la terre, tel des taupes en opposition à un autre peuple, les chubs, possédant beaucoup moins de valeur mais qui jouit du droit de vivre en surface (bon forcément ça rappelle quelque chose). Mais l’histoire se complique un peu : l’histoire doit se compléter avec les deux autres volets de la trilogie des moles que sont « The Tunes Of Two Cities » et « The Big Bubble ». Les moles finiront par rencontrer les chubs déclenchant une période de trouble nommé le croisement où les moles perdent le droit de parler leur langue d’origine. On y suit également les pérégrinations d’un groupe pop. Même Matrix est plus simple à suivre.

Residents - Mark of the Mole

 

Musicalement, c’est un mélange totalement baroque de musique industrielle, de musique électro planante, de musique tribale… Totalement barrée, totalement flippante. Et en 1981, cette musique va ouvrir la voie (la voix) à beaucoup de groupes.

Cette musique est un tour de force, totalement nouvelle, et pourtant totalement en prise avec la société.

Chef-d’œuvre intemporel !

(Petite modification avec ajout d’un extrait valide)

%d blogueurs aiment cette page :