MusiquesSur ma platine…

The Leg—End by Henry Cow [maj]

Henry Cow LegEnd.

Pochette de Leg-End by Henry Cow

 

Je profite d’être seul à la maison pour écouter ce disque. Pochette étrange, jeu de mot subtil dans le titre de l’album Legend by Henry Cow ou Leg End by Henry Cow (raccord avec la pochette non ?) et une musique étrange, entre rock, (jazz), free et expérimental avec aux manettes un guitariste totalement atypique Fred Frith, fondateur du groupe Henry Cow et d’un autre groupe tout aussi barré Art Bears, et du batteur Chris Cutler. Et ça donne une musique entre le rock et l’expérimentation contemporaine, entre un certain lyrisme et la rigueur de l’avant-garde musicale. Il faut l’avouer, ce n’est pas une musique qu’on peut écouter d’une oreille distraite. Et ce n’est que leur premier album paru en 1973 — les influences de Zappa, King Crimson et même Gong sont parfois très nettes. Les albums suivants seront encore plus audacieux. Pas forcément la reconnaissance du grand public, mais ce n’était pas vraiment l’objectif de ces musiciens.

Et puis, cette musique est pour moi un retour vers le passé. Entre 1981 et 1988, Toulousain d’adoption, objecteur de conscience, j’avais fait la connaissance d’un camarade de « lutte » lors d’une réunion de militant de la cause anti-militariste. Mais au sortir de cette réunion, Philippe et moi étions tombés d’accord pour dire que c’était quand même très chiant, trop dogmatique pour nous. Ce fut le début d’une chouette amitié. Et de découvertes musicales passionnantes avec Philippe — le Jazz, la Musique Classique et le rock bizarre. J’ai découvert Art Bears et Henry Cow grâce à Philippe. Donc à chaque fois que j’écoute ces musiques, je pense forcément à lui.
J’ai quitté Toulouse en 1988 pour Aix en Provence et nous nous sommes perdus de vue, mais nous avons continué à nous écrire et téléphoner. Quand je me suis marié, il devait venir. Mais hélas ça n’a pas pu se faire. Et depuis, le fil n’a jamais été renoué, les adresses et téléphones sont devenus obsolètes. Et même le net ne m’a jamais permis de retrouver la trace. J’ai cru il y a quelques années retrouver sa piste, mais je n’ai pas pu exploiter mes maigres indices. Alors Philippe — Philippe Caraguel — si un jour tu tombes sur ce billet, en cherchant sur le net des informations sur Fred Frith, Henry Cow et même Art Bears, fait moi signe mon ami.

PS : je viens de faire une recherche avec le nom/prénom de Philippe. Et je suis tombé sur un « libraire virtuel » sur eBay. Et comme l’ami Philippe a aussi été libraire (livres anciens) à Toulouse pendant quelques temps, je me demande si il n’y a pas une piste à explorer.

PS 2 : un petit lien vers un cadeau musical : Et c’est ici (Henry Cow / Leg End)

8 réflexions au sujet de « The Leg—End by Henry Cow [maj] »

  1. Je suis seul ce soir et ça m’arrange pour envoyer cette musique vers la chaîne hifi.
    Si je n’avais pas lu ton billet avant d’écouter, j’aurais dit que c’est un groupe de jazz français actuel.

    1. As-tu apprécié ? C’est quand même une musique plutôt atypique. Et qui n’accuse pas l’âge de l’album — 1973.

      Ce groupe et surtout les musiciens Fred Frith et Chris Cutler ont influencé beaucoup d’autres musiciens. Dont quelques artistes de jazz français et anglais.

N’hésitez pas à laisser un commentaire…

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.