Une vinylethèque ?

Alors, cette image, c’est quoi ?

 

La vinylethèque de Radio France

Impressionnant n’est-ce pas ! C’est tout simplement le magasin de bonbons quasi ultime pour tout collectionneurs, amateurs, chineurs, chercheurs de disques vinyle de France, et peut-être d’ailleurs. C’est tout simplement une petite partie, une image partielle de la vinylethèque de Radio France. Du 78T au 33T en passant par les 45T, une collection gigantesque, avec sans aucun doute des pépites, des chefs d’œuvre, des raretés, des disques uniques et introuvables… Je crois bien que je pourrais me perdre dans ces allées et oublier d’en sortir. On pourrait aussi se dire que ce n’est pas le Graal, puisque tout est au même endroit, classé, rangé, répertorié… Plus besoin de chiner ? Même plus le plaisir de partir au petit matin le dimanche, et de creuser dans les bacs de cartons poussiéreux, et même moisis. Mais quand même, vous avez vu la taille de ce truc ? Rien que remonter le long d’un rayonnage, c’est l’équivalent de 10 ans de vide-greniers.
Mais bon, un rêve ! Il ne me reste plus qu’a me lever dimanche prochain, si la pluie ne vient pas gâcher le plaisir.

4 commentaires sur “Une vinylethèque ?

    1. En même temps, je crois bien que j’ai donné la réponse dans le texte de l’article ! 🙂
      Tiens, lors du disquaire day, Radio France à mis aux enchères quelques albums rares en double dans leur collection. Genre un 45T de Syd Barrett (Octopus), semble-t-il il ne reste que 30 exemplaires connus dont 2 à Radio France ! Je ne sais pas ce que la vente a donné comme résultat, mais ça a du faire le bonheur d’un collectionneur fou et riche !

  1. C’est pas les archives de l’INA ou de la maison de Radio-France, par hasard ? J’avais lu un article à ce sujet, un jour : ils commençaient à manquer de place…
    L’INA a commencé à numériser -mal : ils ne partent pas des bandes-mères- et à vendre -pas trop cher dans l’absolu, mais assez cher en termes de rapport qualité-prix si on compare aux prix fracassés par les grands éditeurs désormais sur leur fond de catalogue- tout une partie des enregistrements tombés dans le domaine public.

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :